Blogue article

Et si c’était le temps de connaître vos obligations SST?

Trop nombreuses sont les entreprises qui n’ont pas vu venir ce raz-de-marée qui, lorsque la vague est enfin redescendue, a recraché la gorgée qui était aussi salée qu’amère.

Assise derrière son bureau de directrice des opérations, Camille n’en revient pas. Elle s’attendait à cette lettre, mais pas au montant de l’amende suite à une visite d’un inspecteur de la CNESST qui a patiemment visité leurs installations. Quelques dérogations mineures avaient été constatées et corrigées depuis, mais une dérogation jugée majeure reste encore inscrite noir sur blanc tel un stigmate sur la peau. Majeure pour eux, ça veut dire quoi ? Alors Camille relit la phrase encore : art 237, LSST.

« 237. Quiconque, par action ou par omission, agit de manière à compromettre directement et sérieusement la santé, la sécurité ou l’intégrité physique d’un travailleur commet une infraction et est passible de : … ». on continue un peu plus bas la lecture pour y lire le montant de l’offense.

34 200 $ + les frais, Ouach! En plus, c’est un montant à l’employeur pour une première offense. Camille tente de se calmer et de réfléchir. On paie ou on conteste?

Elle ne voyait pas ce qui méritait une telle amende, il a poussé fort sur le crayon cet agent. C’est vrai que quelques lacunes sont présentes, mais jamais un employé (chose certaine depuis qu’elle est en poste) ne s’est coupé dans l’entrée de la zone d’écorçage. Pourtant lorsque l’on regarde les photos du site, le danger y est possible. Des correctifs auraient dû déjà être installés depuis longtemps.

Le problème avec ce genre de situation, n’est pas totalement relié à l’amende. Ok, c’est vrai que ça fait mal au portefeuille et en plus qu’Accord D ne fonctionne pas avec les 12 paiements égaux dans ce cas! C’est la responsabilisation de l’employeur à faire face aux dangers imminents et à rectifier le tout pour la sécurité de ses travailleurs qu’il faut regarder. La fameuse C-21. J’ajouterai aussi qu’un pourcentage élevé de gestionnaires ou de superviseurs voire même les employés ne voient plus les dangers à l’intérieur de leur milieu, ayant le nez trop collé aux vieilles habitudes et à l’environnement. Peut-on éviter ce genre de visite gouvernementale? Non, pas vraiment. Par contre, le mieux est d’apprendre à revisiter son propre milieu avec des yeux extérieurs. Ça aide! Ces yeux pourront vous guider et vous permettre de modifier des installations mais surtout modifier des comportements et actions à l’interne pour les gestionnaires ainsi que pour les employés. Vous garderez ainsi vos poches mieux garnies et démontrerez vôtre intérêt pour la santé et sécurité de vos travailleurs.

Alors, est-ce que c’est le temps Camille?

Au prochain billet!
Par Stéphanie Paquet, coordinatrice SST, Préventum Consultation SST

2 Commentaires
  • stephanie paquet
    22 décembre 2016 à 11 h 50 min

    super

  • Thérèse G.
    26 décembre 2016 à 12 h 03 min

    Il se fait une grande réflexion lorsque l’on reçoit une facture de ce montant, cela nous fait réaliser que souvent on néglige ( en tant que gestionnaire ou superviseur) l’essentiel de la sécurité du lieu de travail et qu’il est important d’avoir une mûre réflexion et une préparation pour éviter le pire… Merci pour le papier!!

Réponder à Thérèse G. Annuler la réponse